On a résumé ici tout ce que Les Optimistes aimeraient pour la mode de demain.

 

1 – Des meilleures conditions de travail pour les employés

Aujourd’hui lorsque vous achetez un vêtement à bas prix c’est surement parce que l’ouvrier qui l’a fabriqué n’est pas rémunéré à sa juste valeur.

En 2013, un immeuble du Bangladesh (le Rana Plaza) s’est effondré dans la capitale Dacca faisant plus de 1100 morts. Cet immeuble abritait des ateliers de confection de grandes marques internationales de vêtements.

Malgré plusieurs alertes car l’immeuble était en mauvais état, les employés ont été obligés de continuer à venir travailler ce qui a engendré un bilan catastrophique durant l’effondrement.

Cette catastrophe est le symbole de la fast fashion, des ouvriers ne devraient plus jamais avoir à travailler dans de telles conditions malheureusement pour le moment rien a changé. (voir cet article récent du journal Le Monde : http://bit.ly/2wRbixn)

2 – Moins de pesticides et d’insecticides

La culture du coton représente à elle seule 25% des insecticides utilisés dans le monde. Les pesticides et insecticides employés dans la culture du coton polluent les sols et empoisonnent de nombreuses populations. Dans certaines régions du monde où ce type de culture est pratiquée, des fortes hausses du nombre de cas de cancer ont été constatées ainsi que des cas d’autismes chez les enfants. (voir le reportage de france TV info : http://bit.ly/2F9RjOW )

Il est urgent de dire stop aux pesticides en privilégiant les filières bio.

3 – Moins d’utilisation de plastique

Polyester, polyamide, elasthanne… ces matières synthétiques se trouvent dans de nombreux vêtements.

Même si ces matières peuvent avoir des avantages (vêtements d’outdoor, maillot de bain, vêtements de sport etc.) elles ont surtout un énorme inconvénient : elles relâchent des microparticules plastiques à chaque lavage. Ces microparticules sont trop fines pour être filtrées par les stations d’épuration et se déversent donc ensuite dans les océans créant une pollution invisible mais désastreuse pour la biodiversité.

4 – Plus d’utilisation de matières recyclées

Nous continuons de produire alors que nous avons déjà beaucoup produit. L’avenir du vêtement se trouve dans l’utilisation de ce qui existe déjà et dans l’amélioration des processus de recyclage.

5 – Une consommation plus raisonnée

Nous achetons beaucoup de vêtements que nous ne portons pas ou peu. Il est important de revoir notre consommation en optant pour des achats plus raisonnés (achetons moins mais mieux).
Posons-nous toujours la question avant d’acheter « est-ce que j’en ai vraiment besoin ? ».


6 – Le développement des filières d’occasion

L’achat d’occasion reste l’achat le plus écologique. À l’avenir, nous espérons que le marché de l’occasion va continuer de se développer.

7 – Une production plus locale

La majorité de nos vêtements sont tissés à un bout de la planète pour être fabriqués à un autre et ensuite vendus également ailleurs.
Une production plus locale permet de limiter le transport et la production de CO2 de nos vêtements.

8 – Moins de produits chimiques

De nombreux produits chimiques sont utilisés dans le processus de fabrication d’un vêtement. Il existe des alternatives naturelles et la recherche devrait s’accentuer dans ce sens pour que plus aucun produit chimique néfaste pour l’environnement n’ait à être utilisé pour produire ou teindre nos vêtements.

9 – L’utilisation de matières plus écologiques

Le coton demande une quantité importante d’eau pour sa culture.
Essayons d’utiliser des matières plus écologiques comme le coton bio, le coton recyclé, le lin, le tencel, le modal etc.